[Littérature] Critique de Escape from Vodran, second tome de la série Join the Resistance

Pour vous donner une idée, il ne m’aura jamais fallu autant de temps pour lire un livre aussi court.
Sans plus attendre, on se débarasse de la corvée :

Join the Resistance #2 –

Synopsis :

Mattis, Lorica, AG-90 et Jo ont été capturés par le Premier Ordre ! Et les choses empirent lorsque Jo se retourne contre eux dès qu’ils se retrouvent emprisonnés, et que AG est amené pour être reprogrammé et devenir un diabolique droide du Premier Ordre ! Mattis et Lorica, peuvent-ils travailler ensemble, tout en se chamaillant, pour trouver un moyen de s’échapper avant d’être interrogés, ou pire ?

Pendant ce temps, Dec et Sari recherchent l’aide de l’intimidant Harra le Hutt pour sauver leurs amis, mais marchander avec un Hutt apporte son lot de problèmes. Les membres de l’Escadron J vont devoir faire des plans rapidement et agir encore plus vite s’ils veulent survivre !

La critique “il n’y a pas d’histoire donc rien à spoiler” de Lain-Anksoo

Join the Resistance tome 2, pendant un moment je me suis demandé si dans cette critique je m’abaisserai au niveau de ce livre, en faisant des jeux de mots en lien avec le contenu du roman, du type : un livre qui sent le gaz. Et finalement je me suis dit que ça lui accorderait trop d’importance.

Nous allons donc parler de Escape from Vodran, suite directe du premier tome, nous retrouvons nos héros dont la moitié est prisonnière du Premier Ordre et l’autre moitié est … même si je l’expliquai vous n’y croiriez pas.

Pour le tome précédent, j’avais fait une critique spoiler structurée, ici je n’ai même pas besoin de me donner cette peine, car spoiler : ils s’échappent, et pour ce qui est de structurer la critique, il faudrait qu’il se passe quelque chose dans les 220 pages.

Pendant l’ensemble du roman, nous avons les pensées profondément stupides de tous les héros qui ne comprennent rien à rien et qui vont chacun de leur côté tenter un plan pour s’échapper, sans aucune coordination, ce qui fait que le livre tourne en rond pendant 200 pages sans raconter la moindre histoire. Aucun des plans ne fonctionne et c’est un concours de circonstances qui leur permettra de s’enfuir. Rajoutez à cela un ou deux MacGuffin de type sabre-laser ou puce sauteuse par exemple, et on enchaîne les aberrations. Les MacGuffin représenteront ici le côté ” non réaliste du livre contrairement au précédent où les éléments de background et l’intrigue elle-même représentaient ce côté-là.

Et au milieu de tout ça, une scène surréaliste du passé sur un certain mariage (ce qui en plus peut créer une incohérence avec les BD Poe Dameron) ne vous fera plus jamais voir Poe et l’ensemble de l’escadron Black de la même manière… #BlaguePipiCaca

Bien sûr à la fin il faut un prétexte pour poursuivre l’intrigue et introduire un tome 3 donc je suis au regret de vous dire qu’on se retrouvera un de ces jours pour reparler de cette série désastreuse qui ne devrait toujours pas exister.

Pour résumer comme l’a dit un jour un grand sage ” non mais Join the Resistance c’est juste de la merde.

Note : 9%

Pour vous faire, et me faire du mal, c’est par là ! Et du coup, on va juste vous dire que cette série est censée paraître chez Pocket Jeunesse, mais ne peut-on pas s’en passer ?

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Email
Print