[Littérature] Critique de la BD L’Arme du Jedi

Et si on revenait sur une publication d’il y a deux semaines ?

L’Arme du Jedi

Synopsis :
Luke Skywalker est le héros de la Rébellion depuis qu’il a fait exploser la redoutable arme de destruction massive de l’Empire, la terrible Étoile de la Mort (Star Wars Un nouvel espoir). En revanche, il n’est pas encore un Chevalier Jedi confirmé, comme il va s’en rendre compte au cours de cette aventure en solo qui l’entraîne sur la planète Devaron. Il devra faire preuve de courage et d’humilité au contact des autochtones…

NB : Ce comics est l’adaptation du roman L’Arme du Jedi, déjà publié dans le magazine Kids de Panini.

La critique sans spoiler de Lain-Anskoo

Chose étrange qu’est ce comics, il s’agit de l’adaptation par des artistes anglais pour l’Allemagne d’un roman US (traduit chez nous et chez eux). D’abord publié dans un magazine Panini allemand, puis dans un magazine Panini kidz français puis en cartonné… chez Delcourt (car Panini n’a pas de programme de publication cartonné jeunesse). Enfin, les couvertures dudit comics étant celle du magazine, Delcourt a eu la bonne idée de récupérer la couverture du roman.

Je terminerai juste avec un point hors critique car il s’agit de juger l’œuvre et non pas sa publication : Delcourt a intégré cette œuvre dans une chronologie qui mêle à la fois le Legends et l’Univers canon… Très très mauvais point, de quoi emmêler les pinceaux des lecteurs s’y connaissant le moins.

Passons à la BD.

Scénario : des manquements pour plus de détails

Il manque des choses, c’est obligatoire. Mais là où un roman comme Thrawn est adapté par Marvel en coupant des dizaines de pages pour faire rentrer 600 pages dans un comics, ici tout est fluide et rien de majeur n’est passé sous silence.

Alors oui, un roman en comics, ça amène toujours plein de blabla, rien de choquant, mais ça peut faire un peu beaucoup pour du ” jeunesse.

J’ai peut-être eu un peu mal avec une scène ou deux de Luke que je n’avais pas imaginées si ” Solo-like lors de ma lecture initiale du roman. Cependant le tout reste très fluide, une fois démarré ça se lit très bien et ce jusqu’au bout.

Malheureusement, la fin est un peu abrupte et c’est là que je me suis rendu compte d’une chose, même si l’auteur a réussi à adapter ce roman de la meilleure des manières, il manque un élement : les scènes d’intro et de conclusion se passant juste avant l’Episode 7. Je n’avais pas fait attention au départ, mais L’Arme du Jedi faisait partie de ces trois livres qui offraient des petites scènes se passant juste avant le Réveil de la Force. Quel dommage d’avoir enlevé ce qui faisait l’intérêt majeur de ces livres en 2015.

33/50

Dessins : un classicisme rafraîchissant

Les dessins et les couleurs de ce comics, vous les avez déjà vus, on a déjà pu apprécier ce genre de dessins francs, en angles, sans fioritures et qui va droit au but, dans les œuvres européennes et anglaises des années 80. Les couleurs, elles, viennent tout droit des premiers comics en couleur avec des tons pastels ” anciens et souvent décalés.

Même si de base j’adore ce genre de dessins, me rappelant quand je feuilletais les vieux Strange de mon oncle, on note tout de même la modernité dans la régularité et le détail de certains objets.

Alors attention, il y a des défauts, certains vaisseaux ne sont pas à l’échelle, on observe un manque de dynamisme monstrueux dans l’espace mais il s’agit finalement de défauts propres à ce style. Et à côté de ça, comme pour trancher, certains visages sont sublimes, comme ceux de la Devaronienne Farnay.

Des dessins style ancien tout en étant modernes, qui me font plaisir à voir sur une œuvre récente.

43/50

En conclusion, un retour réussi pour Delcourt dans l’univers des BD canons, si on occulte l’embrouillamini de la frise chronologie.

Note : 76%

Merci à Delcourt pour l’exemplaire envoyé pour cette critique.
Et on en parle sur le forum !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Email
Print