[Littérature] Critiques des nouvelles novélisations de la trilogie originale

Bonjour à tous

La semaine dernière sont parues aux US les réécritures des novélisations de la trilogie originale. Ces romans, adressés avant tout à un jeune public, paraîtront en France le 5 Novembre chez Pocket Jeunesse.

Après les avoir lus, voici donc mes critiques de ces livres. Je précise que ces critiques sont avant tout basées sur le style narratif annoncé comme innovant, ainsi que sur la valeur ajoutée de ces romans par rapport aux anciennes novélisations. Si vous vous attendez à des critiques concernant les scénari, allez regarder les DVD, ça reviendra au même :)

Star Wars: A New Hope: The Princess, the Scoundrel, and the Farm Boy

La critique :

Ecrit par Alexandra Bracken, ce roman nous narre l’épisode IV avec, soi-disant, un style particulier et une expérience narrative inédite. Alors est-ce vraiment si génial que ça ?

Je ne vais pas faire de gros speech sur l’histoire. Si vous lisez cette critique, on peut légitimement supposer que vous avez vu les films, et que le scénario de l’épisode IV ne vous est pas inconnu. L’auteur n’invente presque rien, et on revit au fil des pages l’ensemble du film. Comme vous le voyez, j’ai écrit ” presque ». Nous avons en effet droit à plusieurs scènes n’appartenant pas au film, et qui revêtent donc un caractère inédit : une scène d’action, ainsi que plusieurs dialogues entre des personnages clés. Ces scènes sont vraiment intéressantes, apportent un vrai plus, et m’ont empêché de m’endormir à la lecture du bouquin. On regrettera cependant qu’elles soient trop peu nombreuses. Attention quand même, quelques-unes de ces scènes ne seront peut-être pas inédites pour certains d’entre vous, car elles faisaient partie de la version radio drama du film.

L’autre point intéressant du roman, c’est la façon dont il est découpé. Nous avons donc trois parties : la première où l’on suit Leia, de la prise du Tantive IV à la destruction d’Alderaan ; la seconde dans laquelle on suit Han Solo de sa rencontre avec Luke et Ben à la cantina jusqu’à la fuite de l’Etoile Noire ; et enfin la dernière partie suit Luke de la fuite de l’Etoile Noire à la fin du film. L’avantage de ce découpage est que chaque partie se concentre vraiment sur les pensées d’un personnage. Ceci nous donne droit à quelques réflexions assez sympathiques, mais là aussi on regrette que ce ne soit pas davantage exploité.

Un dernier point sur le style de l’auteur, qui débute dans l’univers : rien à dire, c’est très fluide et ça se lit très vite (tout en n’oubliant pas que c’est un roman ” jeunesse »). On demande donc à la revoir sur un roman avec un peu plus d’ambition (même si je vous accorde que ce n’est pas trop la mode en ce moment).

Au final, c’est un roman avec pas mal de bonnes idées, mais qui ne sont malheureusement pas exploitées à fond : les scènes inédites et les pensées des personnages sont trop peu présentes pour empêcher cette sensation de ne lire qu’une novélisation simplifiée du film.

Note : 70 %

Star Wars: The Empire Strikes Back So You Want to Be a Jedi?


La critique :

L’Episode V a également droit à sa réécriture, signée Adam Gidwitz, lui aussi nouveau sur du Star Wars, avec un nouveau style apportant des nouveautés… mais est-ce vraiment le cas ?

Impossible de ne pas commencer par le style narratif. L’auteur a voulu impliquer vraiment le lecteur dans le roman, qui se présente donc comme un petit manuel servant à devenir à Jedi, tout en racontant l’histoire de L’Empire Contre-Attaque. Ainsi, tous les passages consacrés à Luke Skywalker sont racontées à la deuxième personne du singulier (” tu », pour ceux qui ont du mal), car le lecteur, pour devenir un Jedi, doit se mettre dans la peau de Luke, vivre tout ce qu’il vit, ressentir tout ce qu’il ressent, etc etc. Et on peut dire que ça marche. Même si ça peut dérouter au début, l’immersion est vraiment présente, bien plus qu’un certain auteur et son style télégraphique sur Aftermath (mais c’est un autre débat). Les passages concernant Han, Leia et l’Empire sont eux racontés de manière tout à fait classique, mais ne sont pas majoritaires.

Comme pour la réécriture de l’Episode IV, des ajouts viennent compléter l’histoire que l’on connait via le film. Tout d’abord, toujours dans l’optique de transformer le lecteur en Jedi, des leçons viennent s’intercaler entre les chapitres. Des leçons somme toute assez rigolotes, même s’il l’on regrettera parfois leur caractère beaucoup trop enfantin (mais bon, on est dans un roman jeunesse) et trop ” terrien ». Autre ajout en lien avec ce dernier mot : un dialogue inédit entre Yoda et Luke, le petit bonhomme vert racontant un conte à Luke. Vous me direz qu’il n’y a rien de surprenant à ça, sauf que là aussi, le conte en question est à des années-lumière d’un quelconque aspect ” StarWarsien ». C’est dommage, d’autant que son utilité est assez douteuse. On notera aussi la présence d’une scène d’action inédite sur Dagobah, scène sympathique qui montre que Luke n’a pas fait que soulever des cailloux lors de son apprentissage.

En conclusion, la valeur ajoutée de cette réécriture est vraiment très intéressante, apportant une immersion presque totale chez le lecteur, malgré quelques passages pas très galactiques.

Note : 75 %

Star Wars: Return of the Jedi Beware the Power of the Dark Side!


La critique :

Au tour de l’Episode VI cette fois-ci, avec une réécriture signée d’un troisième nouveau sur du Star Wars, Tom Angleberger. Là aussi, on nous avait promis un style narratif innovant et des nouveautés. Qu’en est-il ?

Un peu à l’image de L’Empire Contre-Attaque, l’auteur a là aussi voulu impliquer le lecteur dans l’histoire. Cependant, cela se fait grâce à de petites remarques ou questions anodines s’adressant à la personne qui lit, comme par exemple ” Rappelle-toi, lecteur, ce qu’il s’est passé il y a quelques pages ». Cela rompt un peu la monotonie et la sensation de ne lire qu’une vulgaire novélisation du film. Car il faut bien le reconnaître, hormis un style narratif assez sympathique, avec des tournures de phrases assez rigolotes et une façon de s’exprimer faite pour accrocher le jeune lecteur, ce roman n’a rien d’extraordinaire.

Lors de la préface, l’auteur nous avertit de la présence de notes de bas de pages apportant des informations supplémentaires ou des éclaircissements. Honnêtement, je ne leur ai pas trouvé de grosse utilité.

Au crédit de cette nouvelle novélisation, il faut quand même parler de deux scènes inédites : un dialogue entre Leia et Mon Mothma (qui donne à cette dernière une consistance un peu plus épaisse qu’avant), ainsi qu’un conseil de guerre Ewoks (ouais, dit comme ça, j’avoue que ça ne fait pas rêver, mais en fait c’est marrant). Et à propos des Ewoks, on appréciera (ou pas) les subtiles références au dessin animé du même nom !

En conclusion, c’est certainement le tome pour lequel la valeur ajoutée est la moins intéressante, même si le style de l’auteur est plutôt sympathique.

Note : 65 %

On parle de tout ça sur les forums.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Email
Print