[Littérature] EXCLU SWU Critique sans spoiler de Dark Disciple, de Christie Golden

Bonjour à tous

Voilà un roman que beaucoup attendent ! Dark Disciple, de Christie Golden, avec Quinlan Vos et Asajj Ventress, l’adaptation de huit épisodes jamais diffusés de The Clone Wars. A une semaine de la sortie aux USA du roman (nous n’avons bien entendu toujours pas de date française), voici deux critiques sans spoiler, signées Lain et moi-même.

Mais tout d’abord, petit rappel de la couverture et du synopsis.


Le synopsis :

Spoiler: Afficher
Pour les Jedi et les Sith, le seul moyen déliminer le plus dangereux guerrier du côté obscur est peut-être de s’allier.

Dans la guerre entre les armées du côté obscur et de la République pour le contrôle de la galaxie, le Comte Dooku, l’ancien Maître Jedi devenu un impitoyable Seigneur Sith, emploie des tactiques de plus en plus brutales. Malgré les pouvoirs des Jedi et les prouesses militaires de l’armée de clones, le taux de victimes grimpe de manière terrible. Et lorsque Dooku ordonne le massacre d’une flotille de réfugiés impuissants, le Conseil Jedi sent qu’il n’a d’autre choix que de prendre une mesure drastique : viser directement l’homme responsable de tant d’atrocités, le Comte Dooku lui-même.

Mais l’insaisissable Dooku est une proie dangereuse, même pour le traqueur le plus doué. Ainsi, le Conseil prend la décision de réunir les deux côtés de la Force, avec l’effronté Chevalier Jedi Quinlan Vos et l’infâme et ancienne apprentie Sith Asajj Ventress. Même si le manque de confiance des Jedi envers l’assassin qui a jadis servi aux côtés de Dooku est toujours présent, la haine de Ventress pour son ancien Maître l’est encore plus. Elle est plus prête que jamais à mettre ses talents de chasseuse de primes et d’assassin au service de la quête de Vos.

Ensemble, Ventress et Vos sont le meilleur espoir d’éliminer Dooku – aussi longtemps que les sentiments qui émergent ne comprommetent pas leur mission. Mais Ventress est déterminée à avoir sa vengeance et laisser de côté son passé sombre en tant que Sith. Cherchant l’équilibre entre ses émotions complexes qu’elle ressent pour Vos et la fureur de son esprit guerrier, elle veut gagner sur tous les fronts – un voeu qui sera mis à l’épreuve par son ennemi mortel… et ses propres doutes.

La critique sans spoiler de Lain-Anksoo

Au moment où j’écris ces lignes je ne sais pas quelle direction va prendre ma critique. Je vais vous faire part d’un grand nombre de points fantastiques mais aussi d’une frustration manifeste qui n’a cessé de monter tout le long de ma lecture.
J’ai tout d’abord écrit une review dans laquelle j’ai déversé toute ma peine pour ce blasphème qu’est ce roman vis-à-vis de l’Univers Legends… pour ensuite tout supprimer. J’ai ensuite écrit une autre review dans laquelle j’ai adulé ce livre pour le mettre sur un piédestal tout en le critiquant sur les choix faits, de pomper à outrance du Legends… pour encore tout supprimer.
Finalement le seul choix qui s’offre à moi, pour garder mon intégrité et objectivité, disons… littéraire, est de faire table rase de l’Univers Legends, n’en déplaise à beaucoup, moi y compris, pour vous livrer la seule critique que mérite ce livre.

0) Un Malaise Certain
Je profite donc de cette partie ” pré-review » pour livrer le ressenti que tous les fans de l’UE Legends ressentiront en lisant ce livre, pour ceux que ça n’intéresse pas sautez au ” I ) Du The Clone Wars ». Cette partie ne sera aucunement prise en compte dans la notation de cet ouvrage.

Ma plus grande peur vient enfin de se réaliser, je dis enfin car grâce à ça je vais pouvoir passer à autre chose… Je m’étais demandé, quand le nouveau canon a été annoncé, ce que je ressentirai au moment où les livres commenceront à tout remettre en question (je ne parle pas du futur film). J’avais peur d’un livre avec une Mara Jade contrebandière et non forceuse, voire même inquisitrice à la Rebels. Finalement le premier à passer à la casserole est Quinlan Vos. Jusqu’à présent, à deux trois détails près, les livres du nouvel Univers pouvaient être intégrés dans l’ancien. Pas celui-ci … Même si le Vos présent ici ressemble à l’ancien (pouvoir identique, flirt avec le côté obscur, même maître, etc) son histoire est, pour le reste, totalement différente.

Et on arrive au gros problème, tout ce qui arrive dans ce roman est génial, on y reviendra, mais plus on prend du plaisir à le lire, plus on s’en veut et on souhaite se punir d’aimer ça car ça met une grosse claque à l’Univers Legends. C’est simple, plus j’avançais dans ma lecture, plus je prenais du plaisir à lire, et plus mon ” moi Legends » souffrait, c’est à en devenir un schizo-maso ! (Oui j’invente des mots :p ).

Maintenant que j’ai pu dire ce que j’avais sur le cœur, je peux passer à la critique du roman, la critique qu’il mérite !

I) Du The Clone Wars
Attention, quand je dis du The Clone Wars (TCW) je ne parle pas des romans TCW déjà parus, Legends aujourd’hui, mais bien de la série. Quand je dis que c’en est, c’est parce que, ayant les titres des épisodes à partir desquels ce roman tire son histoire, j’ai pu en suivre l’enchaînement. J’ai tellement pu les suivre que je peux vous dire de quelle page à quelle page a lieu tel ou tel épisode. Et ça se ressent aussi dans la lecture, il y a de grosses ellipses par moment, comme lors du passage d’un épisode à un autre. Des choses intéressantes dans le début du livre ou à la fin sont passées sous silence ou ” ellipsées ».

Et bien sûr, on a surtout droit à tous les petits défauts de la série. On récupère les mêmes perso encore et encore (à croire qu’il n’existe que cinq chasseurs de primes dans la galaxie) ; les vaisseaux, qu’ils soient séparatistes ou républicains, sont de vrais moulins, on y rentre et en sort comme on veut ; on connait l’issue de presque (la nuance est importante) tous les combats à l’avance… Et on a droit à un combat contre Dooku tous les deux épisodes, combat dont il s’en sort toujours grâce à une pirouette (littéralement et métaphoriquement parlant). Et la relation Ventress / Kenobi toujours aussi barbante.

Tout ça permet de faire avancer l’intrigue, de voir des têtes connues, mais on sent trop à mon goût que c’est une adaptation d’épisodes mais en même temps… merci de l’avoir sortie en roman et pas à la TV !!!

II) Pas du TCW !
Hallelujah ! Merci Golden ! Je ne sais pas vous mais en regardant TCW j’ai toujours eu des attentes… Par exemple FAITES QUE PALPATINE TUE CE FILS DE HUTT DE DARK MAUL ! Ou que la petite romance entre Ashoka et ” le garçon dont j’ai oublié le nom tellement il sert à rien » soit menée à son terme. Ou encore : tuez un peu des persos car là vous en créez dix nouveaux par saison sans jamais en perdre un, donc je sais que vos designers/créateurs/développeurs y sont attachés mais vos saisons commencent à ressembler à du Game of Thrones tellement il y a de personnages et d’intrigues… au détail près que chez vous personne ne meurt !

Je m’emporte, le but n’est pas de critiquer TCW ici ! Mais dans ce livre Golden répond à toutes mes attentes et c’en est jouissif ! A chaque fois que je me disais ” tiens ça serait bien que… » et bien ça arrivait au chapitre d’après ! Et elle fait même plus que ça en créant des scènes complètement badass ou totalement déplacées ou carrément démentes ! Sans spoiler, on a un personnage qui se retrouve au dernier endroit auquel vous penseriez. Si je vous demandais de penser à une place où Ventress ne mettrait jamais les pieds, je suis sûr que la moitié d’entre vous auront trouvé où elle va ! Et plusieurs fois !! Golden répond donc même à des attentes que je ne pensais pas avoir !

Ensuite comme ça ne se passe pas à la TV, dans cette pseudo série d’animation pour enfant, on a droit à du sang, de la commotion, du massacre en règle, des sacrifices, de la boucherie et de l’amour ! Et en même temps j’ai vu dans ce livre les Jedi les moins Jedi de tous les temps ! Que ce soit avec Dooku ou Ventress. Et je ne parle pas du petit Jedi lambda, de Vos ou d’Anakin, mais bien des membres du conseil ! J’ai cru qu’ils devenaient tous schizo-maso, comme moi ! (Cool je vais pouvoir le réutiliser souvent ce mot-là.)

C’est simple : entre Vos, Ventress et eux, j’ai revu les Je’daii Legends des BDs ” La Genèse des Jedi ». Justement, Vos et Ventress, il faut qu’on en parle !

III) Vos et Ventress
Vos et Ventress, quand on pense à TCW, c’est une relation inattendue ; quand on pense à l’Univers Legends, c’est une relation logique (je ne parle pas de relation sentimentale, mais bon, vous avez tous deviné quand j’ai dit que Golden répondait à toutes mes attentes et que j’ai parlé d’amour …).

Le nouveau caractère de Vos est parfait ! C’est le Jedi impétueux qui veut s’amuser (en tout cas dans la première moitié du livre), qui ne pense pas aux conséquences, n’arrête pas de sourire, de se marrer, il est attachant, rêveur et un poil dragueur ! Bref comme Ventress, on ne résiste pas bien longtemps avant de vraiment l’aimer même si ça veut dire renier complétement le Vos Legends… Mais là où ça devient très intéressant c’est qu’à la fin du livre, on est plus proche du Vos Legends que de celui de TCW. On avait déjà quelques petits raccords comme sa psychométrie ou d’autres petits points sur son passé, mais je vais éviter les spoils. En plus tout le long du livre il évolue (ça s’appelle Dark Disciple ce n’est pas pour rien) jusqu’à devenir le Jedi borderline que l’on connait (presque) tous.

Mais Ventress aussi évolue, car dans la série on n’est pas dans sa tête, là oui, donc on découvre ses sentiments suite aux événements survenus dans TCW, révélant certaines choses que je n’avais absolument pas compris en regardant les épisodes. Elle évolue tout le long, jusqu’à l’apothéose finale ! Et quel final ! Deux paragraphes que j’ai dû relire trois fois pour être sûr d’avoir bien tout compris (c’est de l’anglais donc je veux être sûr) ! Wahou !

Je suis resté sur le cul (pardonnez l’expression) et la conclusion colle aussi très bien, si ce n’est encore une ultime ellipse qui m’a ennuyé…

Les plus :
- Vos
- Ventress
- Ce final
- Pas du TCW
- Golden !

Les moins :
- Du TCW
- Schizo-masochisme (mais c’est hors critique)

Note : 89%

——————————————————————————————————————————————————————————————

La critique sans spoiler de Link

Même si la série TV The Clone Wars a été annulée, on sait que les équipes de Lucasfilm avaient prévu de nombreux épisodes supplémentaires. Huit ont déjà vu l jour en animatique, d’autres sont encore dans les tiroirs, et puis il y a ce roman, Dark Disciple, adaptation écrite de huit épisodes non achevés de la série. Pour l’écrire : Christie Golden, qui avait fait des miracles sur la série Le Destin des Jedi. Alors, TCW en livre, c’est bien ?

I) La patte TCW
On se retrouve donc après les épisodes bonus de TCW et la fuite d’Ahsoka de l’Ordre Jedi. Le Comte Dooku continue ses massacres, et le Conseil Jedi décide d’employer les grands moyens : on envoie quelqu’un pour tuer Dooku. Bon ok, ça ne fait pas très Jedi, mais ils ont la personne qu’il faut : Quinlan Vos, qui a déjà accompli beaucoup de missions sous couverture (et oui, et pourtant on n’est pas dans l’UE Legends, mais j’y reviendrai plus tard). Pour l’accompagner : Asajj Ventress, ancienne apprentie de Dooku, qui a déjà essayé de tuer le Comte par deux fois dans la série. Ce duo hétéroclite embarque donc pour une mission qui n’aura rien de simple.

Vous vous en doutez : ils ne vont pas aller voir Dooku tout de suite. L’occasion est donc donnée de revoir plusieurs personnages bien connus des fans de la série : de la pègre du Soleil Noir en passant par des chasseurs de primes, le premier tiers du bouquin nous délivre un enchaînement de missions dont le but est de consolider la relation entre Vos et Ventress, qui est d’ailleurs le gros intérêt de cette partie, car les missions menées sont assez anecdotiques, et leur issue ne fait que peu de doutes.

La seconde partie du roman est, au niveau de l’action, beaucoup plus passionnante, et correspond à la mission initiale, avec de nombreux rebondissements, à tel point que le lecteur ne sait plus quoi penser par moments. Et franchement, c’est jouissif, et on en redemande ! La fin du livre, quant à elle, ne manquera pas de faire couler une larme à certains, mais en dire plus serait vous gâcher la surprise.

Je suis obligé de mentionner une énorme facilité scénaristique au trois-quarts du bouquin (pour une fois en faveur des méchants), obligatoire pour ne pas finir l’intrigue tout de suite. Alors qu’elle soit signée Golden ou qu’elle est été prévue par les scénaristes de Lucasfilm, elle est moche. Mais c’est le seul point noir du livre, donc on ne va pas se plaindre.

II) La patte Golden
Comme je le disais en introduction, Christie Golden a fait un boulot merveilleux sur ses trois romans de la série Le Destin des Jedi, notamment en dépeignant de façon parfaite la relation entre Ben Skywalker (un Jedi) et Vestara Khai (une Sith). Tiens tiens… Jedi et Sith… comme Vos et Ventress. L’auteur remet donc le couvert dans ce roman, et une fois de plus de façon magistrale. Ce qu’elle fait entre les deux protagonistes principaux est tout simplement beau. La romance qui nait entre eux est magnifiquement dosée, il n’y en a jamais trop, bref, c’est parfait.

A côté de ça, Golden nous introduit de nouveaux personnages, dont un Jedi proche de Vos, mais également quelques membres de la pègre lors des premiers chapitres. Chacun de ces nouveaux personnages est bien traité, et l’un d’eux est même membre d’une nouvelle espèce inédite qui dispose d’une caractéristique bien particulière. On peut seulement reprocher que certains personnages ne sont introduits que pour mourir, mais on ne va pas s’en plaindre tant la série TV avait un côté assez bisounours dans ce domaine-là.

III) La patte Republic
Evidemment, je ne peux pas faire cette critique sans parler de la série de comics Republic appartenant à l’UE Legends, dont le héros est Quinlan Vos. Dans cette série, Vos mène plusieurs missions sous couverture pour la République, et flirte très très près avec le Côté Obscur. Bien loin donc de l’image que nous en avait donné TCW dans la saison 3.

Rassurez-vous, fans de l’UE Legends, le côté sombre de Vos est ici exploité à merveille, à tel point que l’on atteint un niveau aussi bon, voire même meilleur, que dans Republic. Bon par contre, ne cherchez pas à faire coïncider Dark Disciple et Republic dans la même continuité, ça ne marchera pas ! Mais voir quelques faits de l’UE Legends réutilisés et exploités au maximum, y’a pas à dire, ça fait plaisir !

Conclusion :
Christie Golden est donc sans aucune discussion possible l’une des meilleures auteurs de Star Wars actuellement. Même si le scénario n’est pas entièrement de sa main, sa façon de le raconter, mais surtout sa façon de décrire les personnages est ce qui se fait de mieux actuellement. Dark Disciple est LE livre que vous devez lire, c’est tout !

Note : 92 %

Merci à Del Rey pour l’exemplaire offert pour la critique.

On parle de tout ça sur les forums.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Email
Print