[Romans] Critique de la novélisation du film L’Ascension de Skywalker

Le 4 juin dernier, les éditions Outrefleuve ont publié la novélisation du film

Un an après Les Derniers Jedi, la résistance a pu renaître de ses cendres. Toutefois, si Rey et ses compagnons sont prêts à reprendre le combat, la guerre contre le Premier Ordre et son Suprême Leader, Kylo Ren, est loin d’être gagnée. Tandis que l’étincelle de l’insurrection se ravive, un message à glacer le sang est diffusé à travers la galaxie : l’Empereur Palpatine, que l’on pensait vaincu depuis des décennies, est revenu d’entre les morts…

L’ancien Seigneur des Sith est-il vraiment de retour ?

La critique de L2-D2

Avant-propos

Je suis sorti presque écœuré de l’Ascension de Skywalker. Non pas que le film soit mauvais, non, il contient des scènes superbes et est bien joué… mais il continent aussi de nombreuses faiblesses : un rythme beaucoup trop soutenu basé sur des recherches d’artefacts, un retour de Palpatine qui sort d’on ne sait où, une Leia peu crédible (évidemment, l’actrice étant décédée avant le tournage, JJ Abrams a fait ce qu’il a pu… mais à ce compte, peut-être aurait-il mieux valu assumer cela et débuter le film par les funérailles du personnage, quitte à narrer son trépas dans un roman/comics du programme Voyage vers Star Wars – L’Ascension de Skywalker) et surtout, un dernier acte qui rend bien floue la frontière entre hommage et reprise du Retour du Jedi. Alors qu’attendre de cette novélisation ?

Un rythme (trop) effréné pour un nombre de pages (trop) court

Vous aviez trouvé le film rapide ? Le roman l’est davantage. Pas au début, non : au contraire même, le roman prend tout son temps pour bien débuter. Vous vouliez des ajouts, vous en avez dès les premières pages avec un véritable entraînement de Rey par Leia. Mais très vite, on se rend compte d’un problème de rythme : le film est dense, très dense, et le roman prend son temps pour introduire le récit ? Ça sent l’accélération à un moment, et vous n’y manquerez pas : l’ensemble du roman se lit vite, très vite, trop vite. Il faut dire qu’en VF, le roman ne dépasse pas les 350 pages et que, fatalement, il va falloir faire l’impasse sur les descriptions, les émotions, les ressentis…

Mais pas toujours. En fait, dès qu’on sent que le roman se pose, peut se permettre ” d’adapter, on a le droit à des réflexions de certains personnages. Rey, par exemple, se voit affublée d’un trait de caractère : elle estime combien de portions lui rapporterait tel ou tel équipement. Loin d’être idiot, cela est cohérent avec le personnage et son éducation, sans revenir suffisamment souvent pour risquer de lasser le lecteur.

Et il ne faut pas oublier que Rae Carson a un lectorat essentiellement jeune adulte, que ce soit dans l’univers Star Wars (avec le roman Morts ou vifs) ou en dehors.

Le cas Leia

L’un des points forts de cette novélisation, c’est la Générale Organa. Rae Carson a parfaitement saisi le personnage et nous le rend bien plus crédible, puisque l’auteur n’a pas à tenir compte de l’impossibilité physique du tournage. Dès lors, tout au long de la novélisation, la Générale s’affaiblit, Luke l’interpelle à plusieurs reprises dans la Force ; son décès est de fait rendu bien plus émouvant, car il y a tout un travail de préparation qui mène à ce moment. Une réussite.

La conclusion de la saga Skywalker

L’Ascension de Skywalker n’est pas juste l’Épisode IX de la saga : c’est aussi la conclusion d’un cycle de 9 films. Et ça, Rae Carson l’a bien compris ! L’auteur se lâche dans les références et nous enchante avec des liens avec la trilogie originale, la prélogie, une analyse plutôt bien conçue de la règle des Deux, et s’il est impossible de retranscrire l’ensemble des caméos vocaux qui viennent aider Rey dans son combat final, nous avons le droit à un listing assez jouissif de noms de vaisseaux ou de personnages qui interviennent dans la bataille finale. Une bonne partie du Canon est ainsi conviée à participer à cet ultime conflit galactique, et les nombreuses références qui pullulent dans le roman font vraiment plaisir… même si je veux maintenant absolument savoir qui était aux commandes du Ghost !

Conclusion

La novélisation de L’Ascension de Skywalker ne révolutionnera pas la littérature Star Wars. Et en même temps, tel n’a jamais été son but. Rapide, efficace, avec quelques informations supplémentaires et une meilleure gestion de la Princesse Leia, vous pouvez vous laisser tenter. Pour ma part, et à mon grand étonnement, là où la découverte du film m’avait déçu, cette lecture m’a presque réconcilié avec lui et m’a donné envie de le revoir rapidement. Mission accomplie en ce qui me concerne !

NOTE : 80 %

N’hésitez pas à nous dire ce que vous avez pensé du roman en vous rendant sur sa fiche ou bien sur le topic du forum !

Encore merci aux éditions Outrefleuve pour l’exemplaire offert pour la critique, et je vous rappelle à tous que le prochain roman à venir dans nos contrées sera le roman Ahsoka chez Pocket, faisant office de lien concernant l’histoire du personnage entre les séries animées The Clone Wars et Rebels. Mais avant cela, nous vous proposerons une critique de (l’excellent) roman Légendes Chevalier Errant ! ;-)

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Email
Print